Vous êtes ici : Accueil > Formations > Pôle supérieur > ♦ CPGE PTSI/PT > Les matières
Publié : 11 décembre 2019

Les matières

L’enseignement en PTSI/PT se répartit en

  • 8 à 10 h par matière et par semaine de mathématiques, sciences industrielles et sciences physiques.
  • 2 h par matière et par semaine d’anglais, français philosophie et informatique

Mathématiques

Le cours de mathématiques en PTSI-PT a pour but de vous amener progressivement à une bonne maîtrise des concepts et méthodes utilisées dans toutes les matières scientifiques. Le niveau théorique est équilibré entre la volonté de rester proche des applications d’une part et celle de prendre suffisamment de recul par rapport aux notions abordées pour les dominer convenablement d’autre part.

En deuxième année, la géométrie occupe une part importante du cours de mathématiques. Cette place accordée à la géométrie est spécifique à la filière PT.

Durant la semaine, plusieurs heures sont consacrées aux travaux dirigés qui permettent de consolider l’apprentissage et l’assimilation du cours mais aussi de réfléchir, en interaction avec le professeur, sur des exercices plus avancés.

Programme de première année

La première période de PTSI (jusqu’aux vacances de la Toussaint) est dans la continuité du cours de Terminale S. Elle permet de développer des outils qui seront nécessaires pour les calculs en mathématiques, mais aussi en physique, chimie et sciences industrielles : études de fonctions, calculs de dérivée, trigonométrie, nombres complexes, calculs d’intégrales, équations différentielles, et calculs algébriques.

Après la Toussaint, le cours devient légèrement plus abstrait. Les chapitres alternent entre trois grands domaines des mathématiques :

En analyse, nous reprenons l’étude des suites et des fonctions d’une variable réelle en donnant un ancrage théorique aux notions classiques de limite, dérivée, intégrale. La notion de développement limité vient compléter l’arsenal des outils en permettant l’étude du comportement d’une fonction au voisinage d’un point. Enfin, la notion de série vient prolonger celle de suite.
L’algèbre est la grande nouveauté de l’année. L’étude des ensembles abstraits munis d’opérations permet de dégager la notion d’espace vectoriel. Les résultats qui s’y rapportent, notamment le calcul matriciel, pourront ensuite être appliqués dans différents cadres concrets.
En probabilités, nous allons consolider les notions de probabilité étudiées au lycée, en particulier celle de variable aléatoire, en les inscrivant dans un cadre formel. Nous nous limiterons en première année au cas des univers et des variables aléatoires finis.

Programme de deuxième année

Dans la continuité de la première année, les trois grands axes (analyse, algèbre, probabilités) sont abordés.

En analyse, des chapitres de première année sont approfondis (intégrales, équations différentielles, séries numériques). Différentes représentations des fonctions sont étudiées : séries entières et de Fourier, intégrales à paramètre. On aborde également les fonctions de plusieurs variables, pour les applications en physique et en géométrie.
En algèbre, le calcul vectoriel et matriciel se poursuit par les déterminants et la réduction des matrices. La notion d’orthogonalité permet d’enrichir la structure des espaces vectoriels.
En probabilités, on reprend les notions vues en première année en les étendant au cas d’un univers dénombrable.

En deuxième année, on ajoute un quatrième axe au cours de mathématiques : la géométrie. Cet axe donne une spécificité majeure à la filière PT. Le cours de géométrie est centré sur l’étude des courbes du plan et des surfaces de l’espace lorsqu’elles sont définies par des représentations analytiques.

Sciences industrielles

L’enseignement des S.I.I. en PTSI/PT propose l’analyse et la conception des systèmes techniques industriels, en s’appuyant sur trois sciences de base :

  • la mécanique
  • la construction mécanique
  • l’automatique.

Ces connaissances sont dispensées et structurées pendant les cours théoriques mais également au travers d’activités dirigées et expérimentales. Les séances de travaux pratiques sont organisées autour de produits industriels instrumentés. Elles permettent de découvrir la réalité des solutions techniques et de valider des concepts de base abordés dans les cours théoriques.

La mécanique constitue la science de base de la construction des mécanismes. Elle se décompose en plusieurs parties :

  • la modélisation
  • la cinématique
  • la statique
  • la dynamique du solide
  • la résistance des matériaux.
Construction mécanique

La construction mécanique regroupe deux domaines indissociables : la conception d’ensembles mécaniques et la fabrication des produits. Son enseignement passe par l’acquisition d’une culture technologique au travers de cours, d’analyse de plans industriels, d’expérimentations et de travaux dirigés en activité de projet.

L’automatique permet d’aborder : l’analyse, la modélisation et la commande de systèmes techniques industriels. L’enseignement se limite aux connaissances de base indispensables à l’étude des systèmes logiques, séquentiels et des systèmes linéaires continus.
Automatique

L’utilisation de l’outil informatique est omniprésente. Des logiciels de DAO, CAO, de modélisation, de calcul ou de simulation permettent une étude plus approfondie du comportement des mécanismes et la résolution plus rapide des problèmes.

Physique

L’enseignement de sciences physiques en PTSI et PT se décompose en 70 % de physique (optique, mécanique, électromagnétisme, thermodynamique) et 30 % de chimie.

L’approche combine théorie (6 h de cours et travaux dirigés par semaine) et pratique expérimentale (2 h de travaux pratiques par semaine).

Anglais

Organisation du cours

L’anglais de la classe préparatoire se concentre sur une langue journalistique et nous abordons toutes les grandes questions de société, avec un intérêt marqué pour les innovations du monde scientifique. Il n’existe pas de programme officiel en anglais en CPGE mais évidemment les thématiques sont larges : informatique, nouveaux médias, espace, santé, questions sociétales....

Les étudiants se destinant à de nombreuses écoles d’ingénieur très variées, l’anglais technique ou de spécialité n’est pas enseigné en CPGE.

Vous découvrirez de nouveaux exercices, travaillerez les quatre compétences (compréhension orale, expression orale, compréhension écrite, expression écrite) en étudiant des supports variés : articles de presse, extraits vidéo, infographies, etc. afin de vous préparer aux exercices demandés au concours. Les activités en classe sont donc nombreuses :

  • thème grammatical
  • résumé de texte et commentaire
  • contraction de texte
  • synthèse de dossiers thématiques
  • discussion/débat
  • compte-rendu de compréhension orale

Le contrôle des connaissances est continu et se fait à travers les devoirs surveillés, le concours blanc, les colles et des devoirs de leçon faits en classe.

Les objectifs

La première année vous permettra de découvrir les nouveaux exercices et d’acquérir de solides méthodes de travail. Elle peut également permettre, lorsque cela est nécessaire, une remise à niveau complète puisque toutes les règles de grammaire sont revues ainsi qu’un vaste champ lexical. Les révisions lexicales et grammaticales sont systématiques, régulières et constituent le programme de base des colles. Cet apprentissage régulier et en profondeur permet d’acquérir une base de connaissances indispensables pour suivre en cours. Ce programme fait l’objet d’un contrôle régulier en classe, à travers des thèmes grammaticaux, mais aussi en colle (voir Les "colles"). La première année permet donc une mise à niveau et un apprentissage en profondeur des bases.

En deuxième année l’objectif du concours est plus proche et donc tous les exercices qui y sont proposés (synthèse, essay, contraction...) font l’objet d’un entraînement accru. Les apprentissages lexicaux et grammaticaux sont approfondis et perfectionnés afin d’assurer la meilleure réussite possible aux concours.

L’ensemble cours + colles assure donc une préparation complète et cohérente avec une continuité dans les thèmes abordés et les objectifs visés.
Le concours

Deux épreuves de trois heures :

  • IA : Synthèse de 4 ou 5 documents en 400 à 500 mots
  • IB : Contraction de texte (130 mots) et expression (deux questions)

Français Philosophie

L’enseignement de Français-philosophie propose aux élèves de travailler en profondeur un thème - pour le concours 2019 : "L’amour" - à l’aide de trois oeuvres marquantes de la littérature mondiale (dont un ouvrage de philosophie). Cette année scolaire 2018-2019, Le Banquet de Platon, La Chartreuse de Parme de Stendhal et Songe d’une nuit d’été de Shakespeare sont au programme.

L’opposition entre "scientifiques", "littéraires" et "techniques" est, on le sait, assez artificielle et, dans tous les cas, trop caricaturale. L’intelligence du réel est un bien commun aux diverses disciplines et la compréhension du monde n’a pas trouvé refuge dans une seule matière. Il est par conséquent indispensable que les futurs ingénieurs aient une bonne culture générale qui passe aussi par la capacité de synthétiser leurs connaissances et de mettre en ordre leurs idées. Comment exposer ses projets d’ingénieurs ou de techniciens lorsque de graves difficultés persistent à l’écrit et qu’aucune aisance n’est présente dans la formulation de ces idées ? Comment croire qu’un ingénieur puisse faire l’économie de références culturelles susceptibles de nourrir sa pensée, de stimuler ses recherches et éventuellement d’inspirer ses pratiques ?

Cet enseignement qui conduit aux concours à savoir faire un résumé, une discussion ou encore une dissertation rigoureusement construites et qui apporte aux élèves des connaissances en littérature, en philosophie (et aussi évidemment en histoire, tant il est vrai qu’une oeuvre ne peut être présentée sans être replacée dans son contexte historique) est donc un complément indispensable à la formation scientifique et technique que cette classe préparatoire du lycée Schuman-Perret propose.

En seconde année, des entretiens filmés sont organisés par le professeur chargé du Français pendant les mois de mai et de juin pour préparer aux oraux des grandes écoles.